25 septembre 2008

Entre les murs: Un film drôle, triste et démagogique


L'histoire en une phrase: Un an dans la vie d'un jeune professeur de français dans un collège sensible de Paris.
Mon avis: Les films qui reçoivent une palme d'or sont en général de grosses merdes bien chiantes. "Entre les murs" est l'exception qui confirme la règle. On ne voit pas le temps passer pour un film qui dure tout de même près de 2h10 et les dialogues sont prenants. Avec des phrases cultes du type "C'est pas un livre de pétasse" ou "Eh mais vous charriez trop, un truc de ouf", le film prête à rire à de nombreuses reprises.
A ce côté amusant se mêle pourtant un sentiment de tristesse quand on voit ces élèves avec autant de difficultés, tant scolaires que familiales. Ce qui m'amène au troisième point: la démagogie. Le prof se plaint dès le début du film de ne pas avoir assez de temps pour son cours à force de faire de la discipline. Mais il faut dire qu'il passe les trois quarts de son cours à dialoguer sur des sujets qui n'ont rien à voir avec sa matière et à vouloir jouer les assistantes sociales. Tout cela ne fait biensur pas avancer les choses: les élèves n'apprennent du coup pas la langue, et donc, reste dans leur merde. C'est ce qu'on appelle être contre productif :-)
On peut se demander pourquoi le jury du festival a choisi d'attribuer la palme à ce film, qui même s'il est bien ne mérite peut-être pas autant. A moins de vouloir étaler aux grand jour les problèmes de l'éducation Nationale. Mais on les connaissait déjà, non ?!

2 commentaires:

luciano a dit…

Hello, tout d'abord je tenais à dire que je trouve ce blog sympa et plutôt bien fait. :-)

J'ai vu le film récemment. On ne s'ennuie pas et il y a de bons moments. Je dirais que c'est une bonne fiction.

Cependant...
Le réalisateur Laurent Cantet dit montrer l'école « non pas telle qu'elle devrait être mais telle qu'elle est au quotidien ». Or, ce film est un peu loin de la réalité. Juste un exemple : il y a 24 élèves dans cette classe; dans la réalité, ils sont plutôt 40 - par manque de moyens.

Conclusion...
Si ce film a la prétention de faire entrer le spectateur "entre les murs" de l'école en tant que documentaire, on est un peu à côté de la plaque. Mais si ce film décrit une classe *fictive* avec 2 ou 3 aspects tirés de la réalité (langage, style...), alors on peut le prendre comme une bonne fiction.

Voilà... :-)

Adiplanet a dit…

Je n'avais pas fait attention au nombre d'eleves. D'un autre côté, je crois que c'est parcequ'ils ont choisi d'imiter une classe d'un college de ZEP (ou en tout cas difficile)qu'il sont aussi peu nombreux. Mais c'est vrai que certains détails sont parfois peu réaliste car j'imagine mal un prof faire du social à ce point.